Vendredi 7 juillet

18 h 30

 
 

Mike Roelofs

Ses compositions et improvisations, d’une rare subtilité de timbres, ouvrent les portes à des créations qui dépassent largement le domaine habituel du jazz. Mike Roelofs, pianiste et compositeur hollandais, étudie au Conservatoire de Maastricht et gagne un premier concours, encore étudiant. Sa notoriété s’accroit dans le monde et ses tournées se multiplient. « Un son très authentique avec des influences venues du blues, du jazz, des musiques de film et des expériences électro… »

 

 

21 h 

 

Le Banquet Céleste
Direction: Damien Guillon

Cantates BWV 82,169 et 170 - Jean-Sébastien Bach
Concerto pour 2 hautbois, basson et cordes - Georg Philipp Telemann

Ce jeune ensemble, fondé en 2009, a déjà su trouver son public et convaincre les critiques. Idéalement, leur programme nous introduit au plus près des deux principaux maîtres de l’Allemagne du Nord.

Jean-Sébastien Bach (1685-1750) a su fédérer toutes les avancées musicales de son temps et porter son langage au pinacle du lyrisme baroque. Soutenu par une foi intense, il ouvre la voie à un renouveau de l’écriture qui continue d’inspirer aujourd’hui encore. La révélation de son oeuvre par les musiciens de la première moitié du XIXe siècle. – Mendelssohn et Chopin en tête – a conduit presque unanimement à le considérer (et encore de nos jours) comme le compositeur le plus influent de la musique occidentale… sauf pour Berlioz qui regardait cet engouement avec beaucoup d’ironie.

Georg Philipp Telemann (1681-1762) est le contemporain de Bach… Ils auraient même pu être rivaux sur fond d’intrigue politique à la cour des Saxe-Weimar-Eisenach, où la mésentente oncle neveu a manqué de faire trébucher la carrière de Bach !

Telemann est sans doute le compositeur le plus prolixe et parmi les plus doués de tous les temps. Il était admiré de tous et sa notoriété était même supérieure à celle de Bach … ce qui paraît impensable de nos jours. Mais les musicologues et amateurs du XIXe siècle ont mal compris cette oeuvre, fondatrice pourtant du classicisme, et ont rejeté ses compositions. Ostracisme dont il souffre encore aujourd’hui, alors que, et c’est un comble, Bach lui a rendu hommage !