Dimanche 26 juillet • 18 h

Des notes pour Aristote

Dans l’antiquité grecque, Aristote ajoute au feu, à l’air, à l’eau et à la terre, un cinquième élément constitutif du monde : l’éther. Situé hiérarchiquement au dessus des autres, il est le lieu des astres et des étoiles, animés de mouvements circulaires. Il est l’origine de l’Anima, animatrice indissociable du corps de tous les êtres vivants qui peuplent la nature.

Pour ce philosophe, l’art imite cette nature, par le langage, le dessin, le rythme, la mélodie, la danse.

Un jeune compositeur, Timothée Drelon et un jeune organiste, Antoine Thomas, nous entraînent dans ce cosmos musical dont le polymorphisme résulte des modifications incessantes d’un thème ou d’un rythme.

Éther Morphoses (2014) se présente comme un dialogue entre des sons de la nature et des motifs musicaux. La partie électroacoustique s’appuie sur les quatre éléments. Le titre fait référence à l’éther, élément qui permet la transmission des courants électromagnétiques.

 

   
Johann Sebastian Bach (1685 - 1750)  

Choral : Wie schôn leuchtet der Morgenstern –
BWV 739 (Ainsi brille l’étoile du matin)
Pastorale en Fa – BWV 590

 
   
Jehan Alain (1911 - 1940)  

Le jardin suspendu
Deux danses à Agni Yavishta, Dieu du feu.

 
   
Timothée Drelon (né en 1983)  

Éther Morphoses
(Création sonore pour support électroacoustique et orgue)

 
   
Jehan Alain  
Variations sur un thème de Clément Janequin  
Jan Pieterszoon Sweelinck (1562 - 1621)  
Fantasia cromatica  
   
Johann Sebastian Bach (1685 - 1750)  

L’Art de la Fugue – BWV 1080
Contrepoints n°1, 12, 13 et 17
Fantasia sur le choral : Komm, heiliger Geist –
BWV 651

 

En collaboration avec le Conservatoire à Rayonnement
Régional d’Amiens (classe de Musique électroacoustique)

Timothée Drelon – Sons numériques lien
Antoine Thomas – Orgue

26 juillet