Dimanche 2 août • 18 h

Métamorphoses de l’âme
et de ses passions

Le psychanalyste Carl Gustav Jung a
longuement travaillé sur les processus
psychiques qui font la « réalité de
l’âme humaine ». Dans l’étymologie
du mot animal, l’animal et l’âme sont
étroitement liés. Ce programme nous
invite à un voyage initiatique à travers
les transports de l’âme et à travers les
mythes qui soulignent l’animalité de
l’homme. C’est notamment par eux
qu’il exprime ses passions les plus
fortes.

Le ténor espagnol José Canales,
accompagné au théorbe par Manuel
De Grange, a choisi le XVIIe italien pour
illustrer cet aspect de l’humain.

Autour du mythe d’Orphée, les
sentiments les plus extrêmes sont mis
en exergue par Claudio Monteverdi
et Jacopo Peri. Il en est de même dans
ce cri désespéré de Jason face à ses
enfants tués par Médée, que révèlent
les pages de Sigismondo d’India.

L’écrit est l’ultime et probante trace de
ce qui sépare l’histoire de l’homme de
celle des animaux. La Lettre amoureuse
de Monteverdi en est l’une des
illustrations, tout comme ce Lamento
de Barbara Strozzi, une des très rares
femmes compositrice du XVIIe.

Pellegrino Possenti (1597 - 1649)  

Accenti Pietosi d’Armillo (1625)
Stanze :
Prima
Seconda
Terza
Quarta
Quinta
Sexta
Septima

 
   
Jacopo Peri (1561 - 1633)  

Lamento d’Orfeo
Stanze d’Orfeo

 
   
Claudio Monteverdi (1567 - 1643)  

Lettera amorosa
S’ è dolce il tormento

 
   
Alessandro Piccinini (1566 - 1638)  
Toccata  
   
Barbara Strozzi (1619 - 1677)  
Lamento  
   
Sigismondo d’India (vers 1582 - 1629)  
Lamento di Giasone sopra i figlioli morti da Medea  
   
Girolamo Frescobaldi (1583 - 1643)  
Aria di Passacaglia  

José Canales – Ténor
Manuel De Grange – Théorbe

2 aout 0202 aout