La fabrique de l'histoire

Langue française
Un crâne fendu et quelques lignes pour la postérité : dernières nouvelles de Nithard

Nithard, vous situez ? Mais si ! Le fils de Berthe et d'Angilbert... Un petit fils de Charlemagne, quoi ! Aristocrate, guerrier, abbé et écrivain. Et pas n'importe quel écrivain : c'est lui qui a retranscrit les serments de Strasbourg en 842. Les premières lignes écrites en français !

Serment ok

Un crâne fendu et quelques lignes pour la postérité : dernières nouvelles de Nithard

Un documentaire de Victor Macé de Lépinay, réalisé par Véronique Samouiloff
 

 

« Mais où est donc Nithard ? » Cette question, ils sont nombreux à se l’être posée du côté de Saint Riquier, depuis 1989. Cette année là, sur le parvis de l’église abbatiale, on exhume les ossements et le crâne fendu de ce petit fils de Charlemagne, qui fut guerrier, écrivain, et abbé laïc du lieu. Puis on envoie ces os dans un laboratoire pour des analyses… Et Nithard disparaît ! Où est donc Nithard ? On finira par le savoir, plus de vingt ans plus tard.

Aujourd’hui, nous cherchons à savoir qui il est, à percevoir ce qu’il a vécu, à comprendre ce qu’il a pu penser, bref à mettre un peu de chair autour de ses ossements. Car s’il est moins connu que certains de ses cousins, Nithard n’en a pas moins joué un rôle important, comme acteur et comme témoin. Et son apport essentiel est certainement contenu dans ces Serments de Strasbourg, relatés dans le troisième livre de son « Histoire des fils de Louis le Pieux » : les premières lignes écrites de notre langue française.

Avec Anne Potié, directrice de l’abbaye de Saint Riquier, Régine Le Jan, historienne,
Pascal Quignard, écrivain, Bernard Cerquiglini, linguiste, Jacques Dulphy, écrivain, picardisant,
Paul Christiani, administrateur bénévole del’abbaye de Saint Riquier

Photo nithard

 

Abbaye facade