3 questions à Pascal Pistacio

Présentez-vous en quelques mots. Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Pascal Pistacio, j’ai 58 ans. Je vis et travaille à Paris où j’ai un petit atelier. Je suis artiste indépendant.

Que faites-vous ? Quelle est votre spécialité ?

Je suis sculpteur. Je fabrique des œuvres qui mesurent de 6 centimètres à 4 mètres de hauteur. Ma spécificité, si je puis dire, c’est que je travaille sans socle, sans support. Tout est en équilibre. J’utilise également beaucoup le plâtre et le métal, pour le transformer en bronze.
J’expose un peu partout. Ça va des commandes de particuliers à une installation au Musée des Impressionnistes.

 

Pascal pistacio sculpteur cloitre 09 04 15 3

Quelle est votre contribution à l’exposition Anima/Animal ?

Elle est multiple. Il y a tout d’abord Monkey Money. C’est un singe de 3,70 mètres suspendu au plafond. Il est attiré par une tablette numérique posée sur le sol. Une sorte de machine à sous qui tombe sur le jackpot. Au niveau de l’interprétation, c’est ouvert, bien sûr. Chacun se fait son idée. Comme pour mes autres œuvres.
Echec et mat représente une sorte d’échiquier où sont posés 4 singes, un lion et une silhouette humaine.
Ibis Roi met en scène l’ibis sacré d’Egypte ancienne (oiseau) mais sous une forme hybride, entre l’animal et l’humain.
Enfin, Les témoins de Leucade. C’est une succession de poissons accrochés à une barre. Leucade étant une falaise d’où s’est jetée, par dépit amoureux, Sapho, une poétesse grecque, et d’autres personnes.
Je suis sur place pour superviser et aider à l’installation de mes œuvres. C’est génial ! Tout d’abord, je découvre un lieu, que j’avais certes repéré en amont avec la commissaire d’exposition. Et puis, il s’agit de s’adapter à ce lieu pour mettre en valeur les œuvres le plus possible.