3 questions à N. Ferroukhi

Présentez-vous en quelques mots. Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Noureddine Ferroukhi, j’ai 55 ans. Je viens d’Alger. J’y habite toujours.
Je suis enseignant, maître assistant en histoire de l’art à l’Ecole supérieure des beaux-arts d’Alger. Je suis artiste permanent de la galerie ESMA, fondateur du groupe d’avant-gardistes Essebaghines et président du comité algérien de l’association internationale des arts plastiques.

Que faites-vous ? Quelle est votre spécialité ?

Je suis historien de l’art et artiste plasticien. J’expose dans des musées, des galeries ou pour des expositions privées.
Dans mes œuvres, il y a des thèmes récurrents comme la sensualité et la présence d’animaux fantasmagoriques.

 

Noureddine ferroukhi

Quelle est votre contribution à l’exposition Anima/Animal ?

Je suis artiste en résidence. J’ai créé deux œuvres in situ : un triptyque, que j’ai appelé Le Mouton enchanté, et Hommage à Saint-Riquier, une acrylique sur toile.
Dans le cadre d’Anima/Animal, j’expose également une série de photos : Nature morte au mouton, qui retrace toute l’histoire de cet animal, ainsi que Mes espoirs grotesques, des peintures sur papier.