La langue picarde

L’Agence pour le picard

Depuis la publication en 1999 du rapport sur les langues de France remis par Bernard Cerquiglini, le picard, comme 22 autres langues, est officiellement reconnu.

S’étendant sur un large territoire linguistique : Aisne, Nord, Oise, Pas-de-Calais et Somme, mais aussi le Hainaut belge, la langue picarde fait preuve d’une vitalité étonnante (deux millions de locuteurs potentiels) et dispose d’une très ancienne tradition littéraire qui fait d’elle l’une des variétés de langue d’oïl la plus richement dotée en œuvres littéraires, en chansons et en dictionnaires.

Bien plus qu’une langue, le picard est le symbole d’une culture et de traditions toujours bien vivaces, diffusées auprès des jeunes générations.

L’Agence pour le picard a été créée le 26 avril 2008 à Amiens. Elle a vocation à devenir interrégionale en étendant ses actions au Nord-Pas-de-Calais et à la Wallonie picarde (Belgique).


Elle entend :

  • - accompagner les acteurs de la transmission de la langue et de la culture picardes dans leurs actions, en soutenant la vie artistique, littéraire et culturelle en picard.
  • - collecter et diffuser le patrimoine oral et écrit en picard.
  • - exercer le rôle d’Observatoire du picard.
  • - proposer des formations professionnelles dans les domaines de la langue et de la culture picardes.
  • - établir des liens structurels avec les régions voisines de langue picarde, le Nord-Pas-de-Calais et la Wallonie picarde (Hainaut belge) et coordonner des actions communes de promotion de l’usage de la langue picarde.

Au côté de nombreuses associations, des organismes universitaires tels que le « Centre d’Études Picardes (CEP) » ou le laboratoire « Linguistique Et Sociolinguistique : Contacts, Lexique, Appropriations, Politiques (LESCLAP » de l’Université de Picardie Jules Verne jouent également un rôle important.

Pour Anne Tiberghien, présidente de l’Agence, « ratifier la Charte Européenne des langues régionales permettrait d’enseigner le picard ». C’est tout l’espoir suscité par le projet de loi présenté par le gouvernement le 31 juillet 2015. Et au-delà, un rayonnement possible vers l’international.

Dans cette perspective, l’Agence pour le picard et l’Abbaye royale, dans le cadre d’une convention qui sera signée le 7 novembre 2015, entendent conjuguer leurs efforts.


In picard, pèr Jacques Dulphy

| CH’DUR ET PI CH’MO |
« ... Ch’étoait un honme éd lettes et pi un cronitcheux célébe, Nithard. Un cronitcheux conme nous, quasimint.
Ch’Mo : Oui, mais nous, oz ons coér no téte su nos épeules. Tandir éq li…
Ch’Dur : Tandir éq li i n’avoait pu l’siénne à li, d’téte, paur Nithard. Est compréhinsibe : quante oz o 1 200 ans, o n’peut mie coér avoér toute ! »