Dimanche 20 septembre • 18 h

Le Verbe baroque

20 09

Ensemble vocal et instrumental Ambiani
Direction : Pierre Reynaud

Le Magnificat puise son origine dans le texte de
l’Ancien Testament, le Cantique d’Anne, hymne au
souffle qui anime la vie. Dans ses propos à l’adresse
de l’archange Gabriel, la Vierge, médiatrice de l’âme
humaine, décline sous une forme plus moderne,
sa reconnaissance à celui qu’elle considère être
à l’origine de l’univers, le créateur du monde, de
toutes les formes de vie animale et humaine, et de
leurs multiples expressions.

Depuis le XVIe siècle, on dénombre au moins
quarante compositeurs qui ont mis en musique
ce texte, chanté quotidiennement dans les
liturgies des diverses confessions chrétiennes.
Son traitement musical par les deux Luthériens
diffère : Schütz, traditionnel, s’appuie sur le texte
allemand et le restitue dans une vaste fresque à
double choeur. Bach, à titre exceptionnel, utilise le
latin pour nous offrir une succession de jubilations
vocales, dont les voyelles colorent la texture.

Le catholique Monteverdi jongle avec une profusion
d’effets démonstratifs qui nous rappellent son
opéra Orfeo, tandis que Marc-Antoine Charpentier
s’applique à accentuer la signification de chacune
des strophes.

Claudio Monteverdi (1567 - 1643)  

Extraits des Vêpres de la Vierge
À six voix

 
   
Heinrich Schütz (1585 - 1672)  

Double choeur

 
   
Marc-Antoine Charpentier (1643 - 1704)  

Choeur et solistes

 
   
Johann Sebastian Bach (1689 - 1750)  

À 5 voix, solistes et instruments

 
   
Frédéric Chopin (1810 - 1849)  

Nocturne – Opus 15, N°2

 

 

 
   
   
   
Frédéric Chopin (1810 - 1849)  
Fantaisie impromptu – Opus 66  
   
Franz Schubert (1797 - 1828)  
Sonate en La majeur – Opus 120  
   
Aaron Copland (1900 - 1990)  
Le chat et la souris  
   
Edward Elzear « Zez » Confrey (1875 - 1971)  
Chaton sur les touches  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !